Relations Wê, Malinké et Dan depuis 1935… : Le témoignage d’un Chef traditionnel à Guiglo

Wê, Malinké et Dan étaient dirigés à Guiglo par le Chef de canton Sahin Gaston dans la chefferie traditionnelle des années 30 de l’administration coloniale.

Dégradation des relations entre Wê et Malinké

Selon le témoignage recueilli auprès de l’honorable Sre Sahin Emile, en charge du canton central de Guiglo actuellement après le règne de son père, vers 1935 à Duekoué eut une dégradation des relations entre le Chef Toh Guei et la communauté Malinké ( Dioula) avec Lakita Moussa Fadiga.

Ayant appris les échos de ce palabre depuis Guiglo, Sahin Gaston s’est rendu à Duekoué pour séparer les protagonistes. Une fois l’accalmie revenue, le Chef de canton de  » Guinglo » a demandé à la communauté Dioula de le regagner dans sa localité.

C’est chose faite. Une fois arrivée à Guiglo, les Malinké ( Dioula) n’ont pas hésité à prendre une part active au développement des villages et de la région. A la même époque il eut l’insertion de la communauté Dan (Yacouba) dirigé par le Chef coutumier Womi selon le même témoignage. 

Lire aussi : LES PREMIERS MALINKÉ SONT ARRIVÉS DANS LE DÉPARTEMENT DE BANGOLO VERS LES ANNÉES 1950.

C’est ainsi que le Chef Sahin Gaston eut à déclarer les deux communautés auprès de l’administration coloniale. Une fois inscrit, et en raison de l’urgence des travaux coloniaux les villages Guiglo-Guéré, Guiglo-Yacouba et Guiglo Dioula ont fourni 38 personnes.

Dans la même veine, notre interlocuteur a précisé que le Canton Zaké Blao a fourni 23 hommes, Glokouion 9 , Zahon 12, Goum-blao 16, Zeabaon 26 et Doo 8 personnes. Les travaux placés sous la direction de Hubert Saint-Père (Commandant le cercle de Man) ont démarré en 1944.

C’est dans une cohésion sociale, sans distinction de communauté que Wê, Dan et Malinké ont subi ensemble la pression des colons dans les travaux. Passé donc cette période coloniale, les trois communautés ont toujours gardé les relations au haut niveau et sans entache de 1935 à nos jours. 

Lire aussi : GUIGLO/Cohésion sociale : Les Chefs traditionnels invités à s’approprier la culture de la paix.

Sahin Emile successeur de Sahin Gaston au trône de la chefferie traditionnelle du canton central de Guiglo, travaille depuis son accession au pouvoir au renforcement de cette cohésion sociale entre Wê, Dan et Malinké dans la région du Cavally. » Même au plus profond des crises Ivoiriennes, nous avons pu maintenir nos relations. » A indiqué le Chef coutumier, Qui souhaite que cette cohésion sociale soit pérennisée de génération en génération.                  

O. G. Correspondant.

Related Articles

Stay Connected

21,576FansJ'aime
2,653SuiveursSuivre
17,200AbonnésS'abonner
- Advertisement -

Latest Articles