Lettre ouverte à Mr Chérif Brahima préfet du département de Bangolo au sujet du dossier SEGAÏ.

Monsieur le Préfet Chérif Brahima,
Je viens respectueusement attirer votre attention sur le dossier SEGAÏ qui défraie les chroniques en ce moment en Côte D’ivoire et dans le monde entier.

Les faits.

En effet monsieur le Préfet, pour rappel, vous avez été muté à Bangolo fin 2016 juste après une marche des élèves qui réclamaient la reprise des cours pendant que les professeurs étaient en grève. Les élèves reprochaient l’ingérence dans le règlement pour la reprise des cours.

Cette marche a malheureusement eu des effets très négatifs car votre résidence et votre Bureau avaient étés saccager.
En Septembre 2017, suite à la pluie diluviennes, la ville de Bangolo avait été inondée et l’Etat de Côte D’ivoire a dépêché madame la Ministre de la solidarité qui est venue avec des vivres et non vivres d’une valeur de 20.000.000 et 5.000.000 en espèce. Ensuite plusieurs cadres et organisations en ont fait pareil.

La population s’était levée et marcher pour manifester leur mécontentement sur la distribution des dons.
▪En Décembre 2018, suite à l’assassinat d’une jeune fille par un jeune Burkinabé, les femmes de Bangolo ont marchés pour réclamer justice.

Revenons au sujet du jour qui est l’affaire SEGAÏ.

Monsieur le Préfet, le 02 Août 2018, vous avez présidé une réunion à Logouale ou vous avez annoncer le projet de la limite entre les deux localités (Bangolo et Logouale). A cette réunion, était présent le Sénateur Sath Evariste qui était encore Maire de Bangolo, les doyens Doh Blanchard et Kohou Georges pour le compte de Bangolo et le Député, Mme le Maire, toute la Chefferie pour le compte de Logouale. Après échanges, les deux parties ne se sont pas accordés et vous avez suspendu la séance donnant un autre rdv dans quinze jours.

Le 06 Septembre 2019, c’est à dire un an après, vous avez convoquer une réunion à votre cabinet à laquelle étaient présents le Député, Mme le Maire, les Cadres, les Chefs Cantons et toute la Chefferie de Logouale alors que vous n’avez convoquer que le Chef Canton et le Chef du village de Bangolo sans les élus. A cette réunion donc, vous donner l’information de ce que l’Etat de Côte D’ivoire a commis un opérateur privé qui a déjà fait les tracés entre Logouale et Bangolo en brandissant une carte qui à la lecture respecte les limites naturelles qui est la Rivière Ko vers Dounandrou 1, village de la Sous Préfecture de Zeo, ainsi que le côté du village Dah et au niveau du village Wongbae (Bangolo) on se rend compte que 5 km ont étés empiéter sur le territoire de Bangolo. (Le site qui comprend la Chaîne des Montagnes Totrou, Segaï et Lebakpa) pour le compte de Logouale.

Après cette réunion, Mme le Maire de Logouale fait un post sur sa page officielle Facebook pour remercier le Président de la République et son gouvernement pour avoir réglé définitivement le conflit foncier sur les limites entre Logouale et Bangolo.

Suite à ce communiqué de Mme le Maire de Logouale, la jeunesse de Bangolo indigné organise une marche pacifique autorisé par vous même réclament un éclairage sur ce dossier. Absent le jour de la marche, c’est le Secrétaire Général de la Préfecture qui a reçu la jeunesse et qui a rassuré que ce sont des RUMEURS.

Vous avez reçu ensuite les présidents des Jeunes à votre arrivé et vous leurs avez dit que vous retirer la procédure.
Le samedi 21 dernier, les élus SAH Evariste et Gueye Boniface Sénateurs du Guemon, les Députés Doh Simon et Tailly Thierry, le Maire Gah Roger, Ouonhouli Daniel Conseiller Régional représentant le Président du Conseil Régional, Goue Patrice, Chef du Canton Zibiao, les Cadres Tohe Blaise, Guiri Aimé etc… et Mathias BIONAO représentant la Diaspora pour ne citer que ceux là ainsi que moi même étaient à votre Bureau pour en savoir davantage sur ce dossier.

Après un débat, vous avez dit que vous retirez la procédure et demander aux élus et cadres de s’organiser afin de rencontrer les frères Yacouba pour trouver un consensus.

Nos Remarques
Monsieur le Préfet, avant de servir Bangolo, vous avez servi à la Préfecture de Man comme chef Cab et vous avez suivi ce dossier selon vous même. Aujourdhui, vous représentez le Président de la République et le gouvernement à Bangolo. Donc vous êtes pour le compte de Bangolo.

Je vais juste vous faire un briefing sur l’histoire de la Rivière Ko, frontière naturelle et historique entre le peuple Wê et le peuple Dan de Logouale.

En effet, le Colon est arrivé en pays Wê par Séguéla. Arrivé au bord du Fleuve Sassandra avant de traverser, il a demandé à son interpretre pour savoir le nom du peuple qui est derrière le Fleuve, celui-ci a répondu Wêbéhe C’est à dire ce sont les Wê en langue Kôyaka. Le Colon écrira Wobé. Ensuite après qu’il ait parcouru la zone Dan, le Colon se retrouve au bord de la Rivière Ko. Il interroge son interpretre pour savoir le nom du peuple se trouvant après cette Rivière, celui-ci a répondu Guêmin ce qui signifie ce sont les Gueho. (Les Gueho sont une tribu de la Commune de Bangolo et voisin des Yacouba par la Rivière Ko ainsi que le village BANGOLO-WONGBAE).

Le Colon écrira alors Gueré.
Voilà comment le nom Wobé est resté sur les Wê du Nord (Kouibly et Facobly) et le nom Gueré est resté sur les Wê du Sud (Duekoue, Bangolo, Guiglo, Taï, Blolequin et Toulepleu).
Monsieur le Préfet, voici donc une histoire, l’histoire du peuple Wê, notre histoire et surtout l’histoire de la Rivière Ko qui est notre limite historique et naturelle.

Pour revenir à l’histoire de Bangolo et Logouale spécifiquement,
▪Autrefois, nos parents vivaient par famille dans les campements aux pieds des Montagnes.
▪Banglô (Bangolo), village pour procréer et de la prospérité a été créé suite aux attaques nocturnes de nos frères (…) à la conquête des terres et des Chaines de Montagnes Totrou, Bletrou, Lebakpa et Fietrou.

Les Guerriers Sé, Tagahi Maho et Kohou Zinon pour ne citer que ceux là, ont étés sollicités après que les Kao qui habitaient au pieds du Mont Bletrou fut massacrés. Après cette crise, Sé est resté au pied du Mont Bletrou comme éclaireur jusqu’à sa mort. Dans notre tradition, on ne dit pas qu’un Guerrier ou un Chef est mort. Segaï (c’est à dire Sé le guerrier est tombé). En mémoire de lui, le Mont Bletrou deviendra SEGAÏ.
▪Quand au village Logouale, selon l’histoire ancienne, Lô serait un grand guerrier qui a combattu auprès de Samory Touré. Celui-ci a été sollicité pour venir combattre.

Arrivé au bord de la Rivière Ko, en voulant traverser, ses partisans lui ont dit (LÔGOUALÊ). C’est à dire, Lô quitte derrière eux. C’est donc en éclaireur que Lô s’est installé sur l’actuel site non loin de la Rivière Ko qui est devenu plus tard le village Logouale ensuite chef lieu de Sous Préfecture en 1966 et commune en 1985.

Conclusion
Monsieur le Préfet,
Vous êtes mieux placé que moi pour connaître aujourd’hui les problèmes du Département de Bangolo.
Pour parler spécifiquement de la Montagne Segaï, je voudrais juste vous rappeler que les premiers explorateurs sont arrivés à Bangolo en 1963.
En 1980, le Président de la République d’alors, SEM Houphouët Boigny avait envoyé une mission en vu d’informer les cadres, élus et l’administration de Bangolo de l’exploitation de ce Mont. Ce projet n’a pu avoir jour parce que les Cadres (Die Bonao, Gbohou Jean Baptiste, Gaye Tehe etc… et les élus Jean Tailly et Nemet François, puis la Chefferie Dao Beonaho Bonnot) avaient suggérés que l’usine de première transformation soit construite à Bangolo pour donner de l’emploi aux jeunes au lieu de Yamoussokro comme prévu.

Déjà en 2010 lorsque la société indienne (Tata Steel) s’était installé à Bangolo dans la phase d’exploration, 70 % de la main d’oeuvre était du Département de Bangolo pour un salaire minimal de 90.000 frs.
Malheureusement, cette structure à fermée pour cause de la crise qu’a connue notre pays en 2011.

Selon les informations de la Sodemi, l’exploitation de ces chaînes de Montagnes est prévu pour 2021.
Pour la réalisation de ce projet, 5000 emplois est prévu sur une durée minimale d’exploitation de 32 ans pour 3.200.000 tonnes de fers.
Vous convenez avec nous que plusieurs de nos jeunes diplômés sont aujourd’hui au chômage faute d’emploi. Certains à Bangolo sont devenus des gérants de Cabines téléphoniques, d’autres sont des chauffeurs de taxis motos, gérants de maquis et même des Braqueurs. Ce serait donc une opportunité pour cette jeunesse d’avoir du travail.
Monsieur le Préfet, vous êtes le représentant du Président de la République et du gouvernement dans le Département de Bangolo mais aussi et surtout, vous devez être le porte parole de la population dont vous avez la responsabilité. C’est vous qui faites des rapports au Gouvernement.

A Bangolo, nous avons eu une Boulangerie Segaï, un Hôtel la Grotte du Mont Segaï (GMS), une société de Transport Segaï, l’équipe de Foot Ball Segaï, une Pharmacie, même dans le fond de l’amoirie de la commune de Bangolo figure l’image du Mont Segaï et l’actuelle Radio Communale de Bangolo s’appelle RADIO Segaï etc….
▪Que nos frères Yacouba de Logouale nous montre jusqu’à ce jour un monument ou édifice qui porte le nom SEGAÏ….!!?

▪Pour revenir au dénouement du dossier,
1- le 02 Aout 2018, vous avez annoncer le projet de délimitation entre Bangolo et Logouale.
2- le 06 Septembre 2019 vous avez convoqué une réunion annonçant la pose des bornes entre Bangolo et Logouale suite au travail fait par un opérateur privé (Cetif).
3- le 11 Septembre 2019 les jeunes mécontent font une marche pacifique suite au post de Mme le Maire de Logouale sur sa page Facebook et le Secrétaire Général de la Préfecture en votre absence leurs dit que l’information est une rumeur.
4- le 21 Septembre 2019, les élus et les cadres font une réunion avec vous et vous retirer la procédure en leurs demandant de s’organiser et rencontrer les Yacouba de Logouale pour un consensus.
Je rappelle que lors de nos échanges, vous disiez que les Yacouba disent que la Montagne dont on parle s’appelle Douakpê.

▪Monsieur le Préfet, au vu de ce dossier, le Mont Segaï ne peut devenir Douakpê en 2019.
▪Ici, il s’agit d’un intérêt du Département de Bangolo.
▪Vous êtes l’interlocuteur entre le Gouvernement et la population.
▪pendant que nos élus et cadres s’organisent pour rencontrer les frères Yacouba de Logouale en vu d’un consensus, nous souhaitons déjà que vous transmettez au Gouvernement que les Cadres, les élus, la Chefferie et la population de Bangolo ne sont pas opposer à l’exploitation des Chaînes des Mont Segaï Totrou, Lebakpa et toutes autres Montagnes qui sont dans le Département. Non plus il a été dit que nos neveux Yacouba qui occupent l’autre partie des terres seront expropriés. Nous disons simplement qu’il ne faut pas tronquer l’histoire car depuis toujours…..
LA LIMITE HISTORIQUE ET NATURELLE ENTRE LE PEUPLE WÊ ET LE PEUPLE DAN DE LOGOUALE EST LA RIVIÈRE KO▪

Lire aussi : Les vérités des Wê au ministre Mabri Touakeusse président du conseil régional du Tonpki sur le Dossier du mont Ségaï

▪Bon Dimanche à tous et que Gnonsoa veille sur le peuple Wê.

☆ Ambroise BIONAO de Bangolo pour la Radio Télévision Presse Wê
Natif de Segaïzon.

Related Articles

Stay Connected

21,576FansJ'aime
2,652SuiveursSuivre
17,200AbonnésS'abonner
- Advertisement -

Latest Articles