ELECTIONS GÉNÉRALES 2020 EN COTE D’IVOIRE

0
473
L’APPEL AU CALME D’UN CITOYEN WÊ

L’APPEL AU CALME D’UN CITOYEN WÊ

PLUS DE BAIN DE SANG DANS LE GUEMON ET LE CAVALLY, PAS DE SANG INNOCENT WE NE DOIT ETRE VERSE EN 2020. NON A LA GUERRE, OUI A DES ELECTIONS APAISÉES EN COTE D’IVOIRE.

A l’orée des élections présidentielles prévues pour Octobre 2020, nous constatons avec amertume des velléités de confrontations, de bagarres, et d’appels de pieds pour une insurrection en Côte d’Ivoire, pour une guerre fratricide. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, le peuple de Côte d’Ivoire, en particulier le peuple wê se souviendra toujours de cette crise post-électorale de 2011 qui a failli emporté tout un peuple, attaché, voire soumis aux règles fondamentales de la démocratie, à savoir le respect des institutions de la République.

On se souvient de cette crise qui aujourd’hui a laissé des marques quant aux meurtrissures vécues et bues par les Wê, aux traces indélébiles qui ne s’effaceront surement qu’avec la fin du monde peut être. Ceci pour montrer la gravité de ce souvenir indéniable et implacable vécu par ce digne peuple, tolérant, accueillant, affable, aimable, plaisant, agréable, bienveillant, bénin, doux, affectueux, bienveillant, disponible et bien d’autres qualificatifs de bienséance qui le caractérisent.
Au-delà de notre générosité, le peuple Wê est caractérisé par le courage, la tolérance, l’espoir, l’avenir, la paix, la solidarité… Autant de mots, de valeurs, qui doivent résonner plus que jamais dans nos têtes et dans nos cœurs à l’approche de ces élections qui sont très souvent pour nous un vrai chemin de croix, une pitance toujours amère pour notre corporation.

C’est pourquoi face donc à toutes ces velléités de guerre, d’insurrection, de sédition, d’émeutes, de mutineries, de soulèvement, j’en passe. Nous devons comprendre que malgré cette période difficile que nous avons traversé et que nous continuons même de vivre et de traverser. Et encore au vu de la marginalisation dont nous sommes victimes dans ce pays, dans notre pays, il nous faut réapprendre à vivre avec cette souffrance, cette angoisse que, demain, cela pourrait encore se reproduire et toucher d’autres innocents qui voulaient juste profiter de la vie. Parce qu’il faut malgré tout avancer.

De ce qui précède, j’exhorte tous à rester digne, stoïque et à semer partout, en tout temps et en tout lieu la graine de la paix, du consensus, de l’union et de l’amour. Car si 2002, 2004, 2005, 2011 ne nous ont apportés que tristesse et désolation, 2020 doit être pour nous une année d’accalmie, de jugeote, de réflexion poussée pour qu’il n’y ait pas de remake. Plus de bain de sang dans le Guemon et le Cavally, plus de bain de sang à Yopougon Gesco, Koweit, Azito, Beago, Sicogi, Sogefiha, et bien d’autres sous quartiers d’Abidjan comme nous avons pu le constater en 2011.

PLUS DE BAIN DE SANG A DUEKOUE, GUIGLO, BLOLEQUIN, BANGOLO, TOULEPLEU, KOUIBLY; TAI; FACOBLY, ABIDJAN ET PARTOUT EN COTE D’IVOIRE. LE WE EST UN PEUPLE DIGNE ET PERSONNE NE DOIT L’INSTRUMENTALISER.

Lebon Charles Deboya, un citoyen Wê