T.A.C (Traité d’amitié et de la Coopération) entre la République de Côte d’Ivoire et le Burkina Faso : Le Mont Peko au centre des discussions.

0
173
gadougou Burkina Faso.
La Côte d’Ivoire notre pays et le Burkina Faso anciennement appeler Haute Volta sont deux pays qui partagent une frontière de plus de 530 km.

Depuis Houphouët Boigny, ces deux pays frères avaient de bons rapports jusqu’en 2002, date â la quelle la Côte D’ivoire a été agressée. Victime d’une rébellion dont la base était malheureusement â Ouagadougou.

Suite à cette rébellion qui a vu le pays divisé en deux parties, 52.717 personnes avec â leur tête un certain chef Rebelle du nom de Amandé Oremy venus tous du pays des hommes intègre, ont infiltrés le parc du Mont Peko qui est leur buttin de Guerre.

Il faut rappelé que ce parc de 34.000 hectares est une réserve nationale. Durant plus de 10 ans, ces envahisseurs ont pillés les ressources minières avec les orpailleurs, tués les éléphants et autres espèces d’animaux en voie de disparition sans oublier les plantations de cacao désormais en lieu et place de la forêt vierge sous le regard impuissant de la population et des autorités de l’époque.

Avec l’arrivé au pouvoir du nouveau régime, des accords viennent d’être signés â Ouagadougou en vu de régler définitivement ce problème de déguerpissement de ces occupants illégaux.

À ce niveau, un gros problème est posé.
Comment et où délocalisé ces milliers de personnes?
Quelle serait leurs activités?

C’est pourquoi, nous attirons l’attention des autorités de la Région du Guemon pour qu’ils aient un regard sur ce dossier au risque d’une autre crise au niveau du foncier.


Que Gnonsoa veille sur toi le peuple Wê.

☆Ambroise BIONAO de Bangolo pour La Radio Télévision Presse Wê.